logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :
RĂ©alisation et scĂ©nario : RĂ©gis Sauder - Image : Tom Harari et RĂ©gis Sauder - Son : Pierre-Alain Mathieu - Montage : Agnès Bruckert - Textes : Annie Ernaux - Production et Distribution : Shellac.

J’ai aimé vivre là

France, 2020, 89min.

RĂ©alisation : RĂ©gis Sauder

Biographie :

D’abord journaliste scientifique, RĂ©gis Sauder collabore Ă  plusieurs revues et Ă©missions de vulgarisation scientifique avant de se consacrer Ă  la rĂ©alisation. Après de nombreux documentaires pour la tĂ©lĂ©vision, il devient en quelques longs mĂ©trages un des documentaristes français les plus puissants. Ce 4ème film fait suite Ă  Nous Princesse de Clèves (2011), Etre lĂ  (2012), Retour Ă  Forbach (2017).

 

Résumé :

Dans la ville nouvelle de Cergy-Pontoise, qui fĂŞte cependant ses 50 ans, beaucoup arrivent d’ailleurs, se mĂ©langent, trouvent une place. Leurs histoires se croisent et s’incarnent ici Ă  Cergy, oĂą Annie Ernaux a Ă©crit l’essentiel de son Ĺ“uvre nourrie de l’observation des autres et de son histoire intime.

 

Analyse :

Après avoir braquĂ© sa camĂ©ra sur des lycĂ©ens qui s’approprient un grand texte littĂ©raire puis sur la complexitĂ© de la psychiatrie en prison, l’auteur avait fait un retour sur la ville oĂą il a vĂ©cu son enfance en s’inspirant du travail auto-socio-biographique d’Annie Ernaux. Celle-ci l’invite Ă  son tour Ă  visiter sa ville, et le film, qui « tente modestement de filmer la vie », met en scène cette rencontre, nourrie Ă©galement de la correspondance qui en a dĂ©coulĂ©. Ainsi raconte-t-il ce lieu Ă  travers les rĂ©cits des habitants de tous âges, origines gĂ©ographiques ou sociales qui s’y croisent et façonnent son histoire. A cĂ´tĂ© de ces visites rĂ©gulières, il a travaillĂ© pendant un an avec un groupe de lycĂ©ens auprès desquels il fait circuler les textes de l’Ă©crivaine, prĂ©sente dans le film par des fragments de ses textes dits par elle, et par d’autres cergissois qui s’y reconnaissent et deviennent les « alliĂ©s de fiction » du rĂ©alisateur dans sa dĂ©ambulation. Certains d’entre eux apparaissent Ă  plusieurs reprises et sont Ă  l’origine, en une chorĂ©graphie improvisĂ©e, d’autres rencontres. Les pratiques communes des habitants de Cergy - dont la diversitĂ© d’origine est manifeste dans la sĂ©quence de l’Ă©glise et de la classe - ont laissĂ© des traces dans un tissu associatif très prĂ©sent et le partage d’un horizon commun. Cependant, davantage que la rĂ©alitĂ© de Cergy, le film dans sa mise en scène fait dĂ©libĂ©rĂ©ment le choix d’en reprĂ©senter l’utopie en mettant au premier plan l’amour et la joie, -sans gommer la violence ni les injustices-, en miroir avec l’utopie urbaine initiale du projet architectural et sa théâtralitĂ©. Si le temps qui passe et les mĂ©moires individuelles et collectives se rejoignent autour d’un mĂŞme lieu, le film s’inscrit dans une double temporalitĂ©, celle d’un prĂ©sent que le groupe des jeunes lycĂ©ens va quitter et celle des souvenirs Ă©voquĂ©s par les personnages croisĂ©s au cours de la balade. Enfin le titre reflète bien ce bonheur de vivre ensemble qui sourd des textes d’Annie Ernaux et de la constellation de rĂ©cits individuels et d’Ă©motions partagĂ©es lors des rencontres du rĂ©alisateur avec les habitants. Celui-ci, dans ce film comme dans les 3 prĂ©cĂ©dents, est attentif Ă  un monde qui se transforme et porte sur nos vies un regard curieux mais bienveillant, soucieux d’entrer en contact avec l’autre pour le comprendre.

Jean-Michel Zucker

Autres articles sur ce film




Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact