logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation et scénario : Callisto Mc Nulty - Production : Les films de la Butte, Alva Films, Centre audio-visuel Simone de Beauvoir - Distribution : Alba Films.

Delphine et Carole, insoumuses

France, 2021, 108min.

Réalisation : Callisto Mc Nulty

Biographie :

Née en 1990, Callisto Mc Nulty, petite fille de la vidéaste Carole Roussopoulos,  étudie la sociologie de l'art et les études de genre à Londres et s'intéresse particulièrement aux archives visuelles et sonores. Ce dernier documentaire rend hommage à la collaboration et au combat féministe de sa grand-mère et de Delphine Seyrig, actrice iconique des années 1960-80.

Résumé :

C’est le récit de la rencontre et de l’amitié entre la vidéaste Carole Roussopoulos (1945-2009), et la comédienne et réalisatrice Delphine Seyrig (1932-1990), idéal féminin au cinéma (Ackerman, Duras, Resnais , Truffaut…) et militante irrévérencieuse dans la vie. Ce documentaire lève le voile sur les combats féministes des années 1970.

Analyse :

En 1969 Carole rencontre, dans un stage de formation à une nouvelle caméra vidéo qu’elle organise, la déjà légendaire Delphine dont elle confessera plus tard qu’ « inculte comme j’étais, je ne savais pas qui (elle) était » ! En 1975, les deux femmes devenues amies et la réalisatrice Ioana Wieder (née en 1932) fondent le collectif Insoumuses puis, en 1982, le Centre audiovisuel Simone-de-Beauvoir dont la mission était de mettre « au cœur de leurs objectifs la conservation et la création des documents audiovisuels qui ont alors pu être recensés concernant l’histoire des femmes, leurs droits, leurs luttes, leurs créations ». A la fois « très en colère », comme le dit Delphine Seyrig, et pleines d’humour, les trois «insoumuses» vont se déchaîner pour réaliser des films faussement bricolés - en détournant des images de la télévision-, se moquer des misogynes sans complexes -un chef cuisinier macho, l’animateur de télé Pierre Bellemare, le couturier Louis Féraud-, mais aussi Françoise Giroud, alors qu’elle était secrétaire d’Etat chargée de la condition féminine en 1974-1976, sous Giscard d’Estaing. A l’origine, la franco-suisse Carole, auteur en 1971 d’un documentaire sur le FHAR (Front homosexuel d’action révolutionnaire), avait souhaité faire le portrait de sa « copine » Delphine, et plus particulièrement de l’« utilisation subversive » qu’elle faisait de la caméra en tant que réalisatrice. La mort l’empêchera de mener son projet à bien, que reprendront ses enfants et sa petite-fille. Constitué de nombreux documents d’archives, aux images parfois fragiles, ce film est autant le portrait de Carole et Delphine Seyrig que celui d’une époque de combats – féministes au premier chef, mais pas seulement. On ne peut que sortir à la fois mélancolique, mais aussi joyeux et admiratif, de ce beau documentaire, qui rappelle le temps plombé de l’immédiat après-Mai 1968, traversé cependant par un enthousiasme, une liberté, une créativité, une audace dans l’humour -la gerbe à la femme du Soldat inconnu déposée par le Mouvement de libération des femmes en août 1970 - qui enchantent.

Jean-Michel Zucker

Autres articles sur ce film




Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 25 avenue de Lodève, 34070 Montpellier
04 67 92 16 56 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact