logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisatrice : Aurélie Saada. Scénario : Aurélie Saada et Yaël Langmann. Musique : Aurélie Saada. Photographie : Martin de Chabaneix. Montage : Francis Vesin. Distribution France : Appolo films.

Avec :
Françoise Fabian (Rose), Aure Atika (Sarah), Grégory Montel (Pierre), Damien Chapelle (Léon), Pascal Elbé (Laurent), Delphine Horvilleur (Rabbine).

Rose

France, 2021, 102min.

Réalisation : Aurélie Saada

Biographie :

Aurélie Saada, née à Paris en 1978, est une auteure, compositrice, interprète, réalisatrice et chanteuse. Elle a réalisé de nombreux courts métrages et Rose est son premier long, couronné aux festivals de Saint Jean de Luz et Locarno.

Résumé :

Rose,78 ans, vient de perdre son mari. Sa reconstruction après ce deuil douloureux et ses relations avec sa famille ne vont pas de soi.

Analyse :

- Le film débute par la fête joyeuse des 80 ans du mari de Rose. Mais c’est une scène avant le générique de début, pour bien marquer que le film commence vraiment après la mort du mari bienaimé. Rose est détruite par cette perte et on va la voir se reconstruire lentement. La réalisatrice filme avec beaucoup de tact et d’amour cette métamorphose. Elle sera progressive et la Rose va par exemple au restaurant avec sa fille, puis y retourne pour boire un café, seule cette fois, et c’est pour la première fois de sa vie. Elle va aussi se mettre à se maquiller, s’essayer à un joint avec une nonagénaire délurée et surtout, à nouveau, danser ces danses orientales, chaloupées et lascives. Elle va même retrouver le désir dans les yeux d’un homme et la scène de séduction avec le cafetier, même si elle est improbable, est pleine de charme. Dans le rôle de Rose, Françoise Fabian (88 ans !) illumine le film. Rose est aussi une mère juive tunisienne et elle a trois enfants très fusionnels avec elle et qui ont du mal à accepter la transformation de leur mère Le milieu sépharade est décrit avec plein d’humour et alors que Rose découvre une nouvelle vie, ses enfants s’enfoncent dans les problèmes : son fils aîné, marié, est toujours amoureux d’une ancienne compagne, sa fille ne parvient pas à oublier son mari dont elle a divorcé et son dernier fils a des ennuis judiciaires ! Ils se retrouvent tous le vendredi soir chez Rose pour célébrer le shabbat, les parents à table et les petits enfants courant dans l’appartement. Tout cela donne un film savoureux comme les makrouts, ces gâteaux à la semoule et aux figues que Rose passe beaucoup de temps à cuisiner et dont Aurélie Saada donne la recette juste avant le générique de fin.

Jean Wilkowski

Autres articles sur ce film

  • Un homme, des femmes Claude Bonnet
  • Emission Ciné qua non du 14 déc. 2021 Claude Bonnet et Alain Lafont, Guylène Dubois,
  • Rose Denis Nové-Josserand