logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :
RĂ©alisation et scĂ©nario : Adam McKay. Musique : Nicholas Britell. DĂ©cors : Clayton Hartley. Montage : Hank Corwin. Distribution : Netflix.

Avec :
Leonardo DiCaprio (Dr Randal Mindy), Jennifer Lawrence (Kate Dibiasky), Meryl Streep (Jamie Orlean, prĂ©sidente des USA), Johah Hill (Jason, fils de la prĂ©sidente) Cate Blanchett (prĂ©sentatrice tĂ©lĂ© Daily Rip), Rob Morgan (responsable DĂ©fense planĂ©taire), Mark Rylance (PDG de Bash Cellular).

Don’t look up. Déni cosmique

Etats-Unis d'Amérique, 2021, 143min.

Sur Netflix

RĂ©alisation : Adam McKay

Biographie :

Adam McKay, nĂ© en 1968 Ă  Philadelphie, est un rĂ©alisateur, scĂ©nariste et producteur amĂ©ricain. Après s’ĂŞtre formĂ© au théâtre et Ă  l’improvisation Ă  Chicago dans les annĂ©es 1990, il a rĂ©alisĂ© plusieurs films comme Very Bad Cops (2010). The big short : le casse du siècle, sur la crise des subprimes (2016, Oscar du meilleur scĂ©nario) et Vice en 2018.

Résumé :

Deux astronomes, Kate Dibiasky et Randall Mindy, ont repéré une énorme comète de 5 à 10 kilomètres de large qui se dirige vers la Terre et menace de la faire disparaître avec ses habitants. Cette comédie dramatique montre les efforts vains des deux scientifiques pour faire comprendre la situation aux autorités et aux médias.

Analyse :

Don’t look up qu’on peut traduire par Ne lève pas les yeux (vers la comète) a pour thème le dĂ©ni et ne se limite ni au cas des Etats-Unis ni au domaine de l’Ă©cologie. Son sujet colle terriblement Ă  l’actualitĂ© politique, sanitaire et Ă©cologique, ce qui explique sans doute son immense succès depuis sa sortie fin 2021. 

Les deux astronomes qui ont fait et refait leurs calculs sont formels, il faudrait : agir vite, d’ici six mois, pour faire dĂ©vier la comète avant qu’elle ne fasse exploser la Terre. TerrifiĂ©s, mais conscients de leur responsabilitĂ©, ils sont reçus Ă  la Maison Blanche par la prĂ©sidente Orlean (Meryl Streep, très sĂ»re d’elle et fofolle Ă  souhait). Surtout prĂ©occupĂ©e par la campagne en cours pour les mid terms , elle en a vu d’autres ! Et mĂŞme quand le professeur Mindy (Di Caprio) compare la future catastrophe Ă  venir Ă  « un milliard d’Hiroshimas », elle note que tout cela « la saoule» et clĂ´t la discussion par ‘bon, on patiente et on avise’. Le suspense est total, la musique enveloppante et le cinĂ©aste incruste ici et lĂ  des paysages somptueux de notre belle planète et des scènes animales pittoresques. Cette satire fĂ©roce, souvent hilarante mais aussi glaçante, des pratiques du monde politique s’accompagne très vite d’une critique acerbe des mĂ©dias : les deux scientifiques sont invitĂ©s sur le plateau d’une Ă©mission tĂ©lĂ©visĂ©e oĂą le divertissement a remplacĂ© toute mission d’informer. Loin d’ĂŞtre pris en compte, les propos alarmistes sont tournĂ©s en ridicule, les ‘journalistes’ (dont les tiroirs sont apprend-on ‘bourrĂ©s’ de tranquillisants) Ă©tant beaucoup plus captivĂ©s par la venue d’une starlette très en vogue. The show must go on ! Le film, un peu long vers la fin, va rebondir avec l’entrĂ©e en lice d’un redoutable milliardaire Ă  la voix fluette (Mark Rylance) qui annonce vouloir exploiter les mĂ©taux rares qui seraient prĂ©sents sur la comète… Et l’on verra que les esprits les plus purs sont vite rĂ©cupĂ©rĂ©s par un système oĂą l’intĂ©rĂŞt gĂ©nĂ©ral disparaĂ®t complètement Inventif et complexe, le scĂ©nario tĂ©moigne d’un don aigu de l’observation et de l’analyse de nos sociĂ©tĂ©s contemporaines. Les dialogues sont souvent jubilatoires. Un excellent divertissement mais une leçon Ă  mĂ©diter!

Françoise Wilkowski-Dehove

Autres articles sur ce film