logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation et scénario : Ryusuke Hamaguchi - Chef opérateur : Yukiko Iioka - Son : Akihiko Susuki, Naoki Jono - Production : Fictive, Neopa Co. - Distribution : Diaphana.

Avec :
Episode 1 : Magie ? : Kotone Furukawa (Meiko), Ayumu Nakajima (Kazuaki), Hyunri (Tsugumi) - Episode 2 : La porte ouverte : Kiyohiko Shibukawa (Segawa), Katsuki Mori (Nao), Shouma Kai (Sasaki) - Episode 3 : Encore une fois : Fusako Urabe (Natsuko), Aoba Kawai (Aya)

Contes du hasard et autres fantaisies (Guzen to sozo)

Japon, 2021, 121min.

Réalisation : Ryusuke Hamaguchi

Biographie :

Ryusuke Hamaguchi est né en 1978. Après avoir travaillé comme assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision, il obtient un master de cinéma à l’Université de Tokyo en 2008. Il réalise ensuite des films documentaires dont une trilogie sur les victimes du tremblement de terre de 2011. Il se fait connaitre en Europe avec Senses, primé à Locarno en 2015. Viennent ensuite Asako 1 et 2, présenté à Cannes en 2018 et Drive My Car, Prix du meilleur scénario et Prix du Jury oecuménique à Cannes en 2021. Ses références cinématographiques sont Eric Rohmer mais aussi John Cassavetes pour l’émotion et Howard Hawks pour la forme.

Résumé :

Le film se compose de trois épisodes : le premier, Magie ?, présente un triangle amoureux insolite lorsque Meiko découvre que l’homme merveilleux dont lui parle son amie Tsugumi est celui qu’elle a quitté deux ans auparavant ; dans le second, La porte ouverte, une tentative de séduction d’un professeur par une ancienne élève prend un tour inattendu ; le troisième, Encore une fois, organise, à partir d’un malentendu, une rencontre pleine d’espoir entre deux femmes insatisfaites de leurs vies.

Analyse :

Les films en plusieurs épisodes sans lien entre eux, parfois appelés films « à sketchs », sont souvent décevants car ils ne donnent pas au spectateur le temps de s’intéresser aux personnages. Ce n’est pas le cas dans ce film à la fois parce que chaque épisode, centré sur une ou deux longues scènes, prend le temps d’entrer avec subtilité dans l’intimité des personnages mais aussi parce que les trois histoires ont une grande homogénéité de fond et de forme. Elles parlent de la rencontre amoureuse, de la part du hasard dans le destin mais aussi de la façon dont l’imagination s’empare du hasard. Le titre japonais est d’ailleurs « Hasard et imagination ». Ce hasard a des conséquences plus ou moins heureuses selon les épisodes : il est sans effet dans le premier, Tsugumi et Kazuaki continuent leur aventure malgré la tentative d’obstruction de Meiko ; il a des conséquences dramatiques dans le second, l’erreur dans le nom du destinataire du mail entraîne le renvoi de Segawa et le divorce de Nao, donc un bouleversement de leurs vies respectives ; mais il est porteur d’espoir dans le dernier, la rencontre fortuite de Natsuko et Aya va se transformer en une relation amicale profonde entre elles.

L’harmonie et la qualité du film viennent surtout de sa forme. Le titre français est une référence explicite à Eric Rohmer et Ryusuke Hamaguchi ne cache pas que le réalisateur français est son modèle. Il préfère, comme Rohmer, filmer le récit de l’action que l’action elle-même, ce qui est un paradoxe au cinéma. Ainsi, dans le premier épisode, on ne voit rien du coup de foudre de Tsugumi et de Kazuaki, mais on ressent sa charge d’émotion amoureuse, voire érotique, dans la longue relation qu’en fait Tsugumi, dans un taxi, à son amie Meiko et dans les réactions de cette dernière. La qualité des cadrages, le positionnement des acteurs, l’échange des regards plongent le spectateur au coeur des sentiments des personnages. On le voit dans la tentative de séduction dans le bureau du professeur Segawa lorsque Nao lui lit un long passage érotique de son livre ou, dans le dernier épisode, dans la conversation, devant un jardin luxuriant, des deux fausses amies, qui vont en devenir des vraies, en jouant chacune pour l’autre le rôle de l’amie disparue. Une mise en scène subtile et sophistiquée au service d’histoires simples qui nous émeuvent.

Jacques Champeaux

Autres articles sur ce film

  • Emission Champ Contrechamp du 26 avril 2022 Jean Lods et Françoise Lods, Jacques Champeaux, Marie-Jeanne Campana,
  • Emission Ciné qua non du 19 avril 2022 Arielle Domon et Claude Bonnet, Alain Lafont, Guylène Dubois,