logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation et scénario : J-S. Bron ; musique : Christian Garcia ; photographie : Éponine Momenceau ; montage : Julie Léna ; distribution : Ad Vitam et MK2 International.

Cinq nouvelles du cerveau (Documentaire)

Suisse, France, 2022, 103min.

Réalisation : Jean-Stéphane Bron

Biographie :

Jean-Stéphane Bron, né en 1969 et un réalisateur et scénariste suisse. Il est diplômé de l’École cantonale d’art de Lausanne. Il réalise essentiellement des documentaires, souvent politiques, Connu de nos services (1997), La Bonne Conduite (1999), Le Génie helvétique (2003), Cleveland contre Wall Street (2010) présenté à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes. Il remporte en 2011 le Prix du cinéma suisse pour la seconde fois. Il a récemment tourné L’Opéra (2017), sur l’Opéra de Paris.

Résumé :

Jean-Stéphane Bron nous plonge au cœur de la science d’aujourd’hui, à la découverte des travaux de cinq scientifiques, au croisement entre le cerveau, la conscience et l’intelligence artificielle.

Analyse :

Jean-Stéphane Bron suit cinq neuroscientifiques qui explorent un organe essentiel et pourtant en grande partie méconnu, le cerveau. Comment l’étude de ce dernier peut-il aider le développement de l’intelligence artificielle ? Sur la paillasse d’un laboratoire un cerveau frais attend d’être analysé. 1k3, 70 milliards de neurones qui communiquent entre eux par des signaux électriques. Alexandre Pouget, neurologue suisse et son fils, Hadrien, concepteur informatique, échangent sur les possibilités et les limites de l’intelligence artificielle. Le père est convaincu que l‘on pourra créer des neurones numériques qui permettront de répliquer l’intelligence et surtout la conscience sur des systèmes artificiels, « ce n’est qu’une question de temps », tout en trouvant cet avenir « effrayant ». Son fils s’interroge sur les conséquences d’un tel projet. À Seattle, Christof Koch, spécialiste de la conscience, mesure avec optimisme l’écart qui nous sépare des machines et estime qu’il faut poser des limites aux algorithmes en soulevant le problème éthique de leur développement. Entre Munich et Venise, Niels Birbaumer met au point un système de communication entre une machine et le cerveau de malades dans le coma. A Genève, David Rudrauf programme des robots capables de communiquer entre eux et de s’influencer. Il envisage sereinement la victoire de la machine sur l’homme où dans un univers sans humains, les machines mèneront leur existence propre. Dans ce monde d’hommes, enfin une femme ! Aude Billard, physicienne suisse, est une chercheuse engagée. Elle travaille sur la robotique, en particulier sur la réplique de la main humaine pour libérer l’homme des tâches les plus pénibles qui lui ont été assignées depuis la nuit des temps. Sur le rapport homme-machine elle pense que des millions d’hommes et de femmes ont été traités comme des machines, assignés à des tâches qui n’utilisent pas les capacités de leur cerveau.

Le réalisateur ne juge pas. Il a l’habileté de nous présenter ces scientifiques, quelles que soient leurs perspectives, dans leur quotidien, comme des êtres éminemment humains. Dans ce documentaire passionnant il n’élude pas les questions morales et éthiques que pose la recherche en intelligence artificielle. Une aventure fascinante et, à certains égards, terrifiante.

Marie-Jeanne Campana

Autres articles sur ce film