logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :
RĂ©alisation et scĂ©nario : Vincent Le Port ; photographie : MichaĂ«l Capron ; dĂ©cor : Arnaud Lucas ; son : Marc-Olivier BrullĂ© ; montage : Romain Ozanne ; distribution : Capricci Films.

Avec :
Dimitri DorĂ© (Bruni Reidal) ; Jean-Luc Vincent (Professeur Lacassagne).

Bruno Reidal, confession d’un meurtrier

France, 2022, 101min.

RĂ©alisation : Vincent Le Port

Biographie :

Vincent Le Port est un rĂ©alisateur et producteur français nĂ© en 1986. Il fait ses Ă©tudes Ă  La FĂ©mis et crĂ©e en 2012 aux cĂ´tĂ©s de trois compagnons la sociĂ©tĂ© de production Stank. A cĂ´tĂ© de son activitĂ© de producteur il rĂ©alise une dizaine de courts mĂ©trages dont Le Gouffre (2016) qui a obtenu le prix Jean-Vigo, et La Marche de Paris Ă  Brest (2021). Bruno Reidal, confession d’un meurtrier, son premier long mĂ©trage, a Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ© Ă  la Semaine de la critique Ă  Cannes 2021.

Résumé :

1er septembre 1905. Un sĂ©minariste de 17 ans est arrĂŞtĂ© pour le meurtre d’un enfant de 12 ans. Pour comprendre son geste, des mĂ©decins lui demandent de relater sa vie depuis son enfance jusqu’au jour du crime. D’après l’histoire vraie de Bruno Reidal, jeune paysan du Cantal qui dĂ©crit ses pulsions meurtrières.

Analyse :

Vincent Le Port s’est penchĂ© sur un fait divers qui avait, en son temps, dĂ©frayĂ© la chronique judiciaire mais qui est vite passĂ© aux oubliettes. Un cas très particulier car Bruno Reidal, Ă  la demande du mĂ©decin psychiatre qui le suit, le Professeur Lacassagne, a Ă©crit ses mĂ©moires, expliquĂ© son contexte familial et social et dĂ©crit ses pulsions meurtrières. RĂ©cit dĂ©routant car il est l’Ĺ“uvre d’un ĂŞtre mĂ»r, fin et intelligent, excellent Ă©lève au petit sĂ©minaire de Saint-Flour. Par une sĂ©rie de flashbacks on voit l’enfant Ă  trois Ă©tapes de sa vie, jeune enfant et adolescent au sein de sa famille paysanne, puis Ă  l’âge de 17 ans lorsqu’il commet son forfait. On apprend qu’il a eu une mère rude et sans tendresse, qu’il a assistĂ© Ă  la mise Ă  mort du cochon que l’on saignait au milieu des cris abominables de la bĂŞte, qu’il a Ă©tĂ© masturbĂ© de force par un berger de passage, qu’il est un catholique fervent, qu’il a le sens du pĂ©chĂ©, notamment lorsqu’il ne peut s’empĂŞcher de se masturber, pulsions de dĂ©sir qu’il associe Ă  ses pulsions criminelles.

Ce film n’est pas sans rappeler un autre fait divers, portĂ© Ă  l’Ă©cran par RenĂ© Allio Moi, Pierre Rivière, ayant Ă©gorgĂ© ma mère, ma sĹ“ur et mon frère… (1976). Ce garçon avait Ă©crit un mĂ©moire sur ses luttes internes, ce qui donna lieu Ă  un ouvrage collectif du mĂŞme nom, dirigĂ© par Michel Foucault, paru en 1973, qui avait jetĂ© les bases d’une explication. Ici la pulsion de Reidal demeure une Ă©nigme. Tous ses traumatismes ne suffisent pas Ă  en faire un meurtrier. Est-il fou au sens que donne Michel Foucault ? Vaste question ! Lui ne s’estime «ni fou, ni criminel ».

Le rĂ©alisateur a choisi de laisser le spectateur Ă  distance, donnant tout au long de son film la parole Ă  Bruno Reidal qui, en voix off, va raconter lui-mĂŞme son parcours. Une voix douce Ă  l’accent rĂ©gional du Cantal, sans affect. En suivant ainsi pas Ă  pas la confession de Reidal, la voix commande aux images. MalgrĂ© un rĂ©cit difficile, c’est un film Ă  la mise en scène sobre, rigoureuse et maĂ®trisĂ©e, avec une reconstitution prĂ©cise et mĂ©ticuleuse de l’ambiance de l’Ă©poque, dans de magnifiques paysages. Un film très intĂ©ressant, un grand film.

Marie-Jeanne Campana

Autres articles sur ce film




Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact