logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :

Réalisation et scénario : Albert Serra - directeur de la photographie : Artur Tort - son : Jordi Ribas - montage : Albert Serra, Artur Tort, Ariadna Ribas - production : Rosa Filmes, Idéale Audience, Andergraun Films, Lupa Film - distribution : Les Films du Losange.

 

Avec :

Benoît Magimel (de Roller) - Pahoa Mahagafanau (Shannah) - Matahi Pambrun (Matahi) - Marc Susini (L’Amiral) - Sergi Lopez (Morton) - Alexandre Melo (le Portugais) - Montse Triola (Francesca) - Cécile Guilbert (Romane Atta).

 

Tourment sur les îles (Pacifiction)

France, Allemagne, Portugal, Espagne, 2022, 165min.

Réalisation : Albert Serra

Biographie :

Albert Serra est un réalisateur et producteur espagnol né en 1975 à Barcelone. Son premier film, Honor de cavalleria, adaptation très libre de Don Quichotte, est présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes en 2006. Depuis, ce réalisateur très original est un habitué de la Croisette. Il pratique un cinéma exigeant, souvent déroutant, comme ces Rois mages s’épuisant à escalader des dunes de sable pendant d’interminables minutes dans Le chant des oiseaux (2008), parfois raté comme son avant dernier film, Liberté (2019), parfois génial comme La mort de Louis XIV (2016). Autant dire que son dernier film, présenté en compétition à Cannes, était attendu.

Résumé :

Sur l’île de Tahiti, en Polynésie française, le Haut-Commissaire de la République de Roller, représentant de l’État français, est un homme de calcul aux manières parfaites. Dans les réceptions officielles comme dans les établissements interlopes, il prend constamment le pouls d’une population locale d’où la colère peut émerger à tout moment. D’autant plus qu’une rumeur se fait insistante : on aurait aperçu un sous-marin dont la présence fantomatique annoncerait une reprise des essais nucléaires français.

Analyse :

Pacifiction, Tourment sur les iles se présente à première vue comme un thriller. Le personnage principal, de Roller, génialement interprété par Benoit Magimel, est un politique habile qui se trouve soudain confronté à une situation qui pourrait devenir explosive. Le spectateur ne le quitte pas pendant les deux heures et 45 minutes que dure le film, vêtu de son éternel costume de lin blanc et de ses lunettes noires, aussi à l’aise dans ses fonctions officielles que dans les boites de nuit qu’il fréquente assidument. Face aux rumeurs, il essaie de calmer le jeu mais aussi de comprendre ce qui se passe, car il semble complètement dans le brouillard et craint que le gouvernement ne le double et le trahisse. Le réalisateur nous fait partager le désarroi, l’inquiétude, l’obsession peut-être paranoïaque du Haut Commissaire, à la fois habile, manipulateur et paumé. Il est entouré d’une faune interlope de personnages plus ou moins louches qui ne contribuent pas à éclaircir la situation mais plutôt à l’obscurcir. On croise un amiral aux propos inquiétants, lointain sosie du général fou du Docteur Folamour de Stanley Kubrick, des étrangers qui pourraient être des espions sortis des romans de John Le Carré, des tenanciers de bars à marins, une belle femme transgenre qui semble la seule à comprendre de Roller… Les paysages de la Polynésie française sont superbes mais les corps transpirent et l’atmosphère, souvent nocturne, est poisseuse, on pense au livre de Malcom Lowry, Au dessous du volcan, ou à certains romans de Joseph Conrad où la chaleur moite rend les hommes fous. Est-ce ce qui est en train d’arriver à de Roller ? Un thriller pratiquement sans action, à déconseiller à tous deux qui veulent une histoire claire mais à recommander aux amateurs d’atmosphère inquiétante.

Jacques Champeaux

Autres articles sur ce film

  • Emission Champ Contrechamp du 22 novembre 2022 Jacques Champeaux et Françoise Wilkowski-Dehove, Jean Wilkowski, Marie-Jeanne Campana,
  • Echos du festival de Cannes 2022 Serge Molla
  • Pacifiction Anne Lecor