logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation : Lola Quivoron - scénario : Lola Quivoron avec la collaboration d’Antonia Buresi - photographie : Raphaël Vanderbussche - son : Lucas Domejean, Geoffrey Perrier, Victor Praud - montage : Rafael Torres Calderon - musique originale : Kelman Duran - cascades : LM Stunt - production : CG Cinéma - distribution : Les Films du Losange.

Avec :
Julie Ledru (Julia) - Yanis Lafki (Kaïs) - Antonia Buresi (Ophélie) - Cory Schroeder (Kylan) - Louis Sotton (Ben) - Junior Correia (Manel) - Ahmed Hamdi (Mous) - Dave Nsaman Okebwan (Abra).

Rodéo

France, 2022, 110min.

Réalisation : Lola Quivoron

Biographie :

Lola Quivoron, née en 1989 à Paris, est scénariste et réalisatrice. Après quatre courts métrages entre 2013 et 2016, dont le dernier, Au loin Baltimore, s’intéressait déjà au milieu du cross-bitume, elle réalise Rodeo qui est présenté à Cannes dans la sélection Un certain regard et obtient le Prix Coup de coeur du jury.

Résumé :

Julia vit de petites combines et voue une passion dévorante, presque animale, à la pratique de la moto. Un jour d’été, elle fait la rencontre d’une bande de motards adeptes du cross-bitume et infiltre ce milieu clandestin, constitué majoritairement de jeunes hommes. Elle devient « L’Inconnue » dans la bande. Avant qu’un accident ne fragilise sa position et qu’une attaque de camion ne tourne mal …

Analyse :

Le premier long métrage de Lola Quivoron, dont le sujet évoque pour le cinéphile La fureur de vivre, le film mythique de James Dean, nous emmène dans un milieu et des paysages qui ne nous sont pas familiers et qui ont été peu montrés au cinéma. Le milieu, c’est celui du cross-bitume, de ces jeunes fanatiques qui roulent en meute et font des acrobaties sur leurs motos tous terrains. Les paysages, ce sont des bouts de route désaffectés et des friches industrielles. Julia est une jeune motarde qui n’a pas froid aux yeux et rêve de motos rutilantes et d’odeur de cambouis. En rupture avec sa famille, cette révoltée a quelques talents qu’elle utilise pour se faire accepter dans ce milieu presque exclusivement masculin et pour intégrer une bande de motards. La belle sait en effet se déguiser en jeune fille de bonne famille pour escroquer des vendeurs de motos d’occasion sur Leboncoin. Elle leur demande d’essayer la moto jusqu’au bout de la rue et les plante là avec un bras d’honneur. Elle le fait d’abord pour trouver ses propres montures mais elle est vite repérée par un caïd qui, de sa prison, profite de la passion de ces jeunes désoeuvrés pour mener un juteux trafic de motos volées. L’intrigue est un peu faible mais le film vaut par l’énergie qu’il dégage, par ces folles chevauchées qui ne sont pas sans rappeler les westerns, par ces images étincelantes de monstres métalliques, par ces symphonies de vrombissements, par ces gros plans de visages échevelés sur lesquels la mort rôde. Julie Ledru campe l’héroïne, Julia, avec une fougue extraordinaire, il faut la voir, cheveux au vent, chevauchant sa moto. Un film qui est d’abord un document sociétal (on pense aux films de Jean-Charles Hue sur les communautés de gens du voyage), mais qui emprunte aussi au film de gangster, au western, et même un peu au fantastique avec l’apparition récurrente, tel un zombie, d’un motard mort. Un premier film qui n’est pas sans défauts mais qui est original et manifeste un vrai sens du cinéma.

Jacques Champeaux

Autres articles sur ce film

  • Emission Champ Contrechamp du 27 septembre 2022 Jean Lods et Françoise Lods, Jacques Champeaux, Marie-Jeanne Campana,