logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation et scénario : Pawo Choyning Dorji – Direction Photo : Jim Tenzing –Décors : Tshering Dorji – Montage : Tsiao-Yun Ku – Distribution : Arp Selection.

Avec :
Sherab Dorji, Kelden Lhamo Gurung, Pem Zam, Ugyen Norbu Lhenup, Tshering Dorji.

L'école du bout du monde

Bhoutan, 2022, 110min.

Réalisation : Pawo Choyning Dorji

Biographie :

Photographe, producteur, scénariste, réalisateur. L’école du bout du monde est son premier long-métrage. En première mondiale au London Film Festival en 2020, puis il est nominé comme Oscar du meilleur film international. En 2022 documentaire Il était une fois au Bhoutan.

Résumé :

Un jeune instituteur est envoyé, contre son gré, dans la partie la plus reculée du pays. Loin de la ville le quotidien est rude. Alors qu’il est en attente de sa demande de visa pour s’installer en Australie, il est touché par la simplicité et la force spirituelle des habitants du village.

Analyse :

Chanteur de rap à ses heures, Ugyen est bien obligé d’accepter sa mutation pour un an sinon il risque de perdre son emploi à l’Education Nationale. Il laisse sa petite copine et ses amis, mais il ne pourra plus communiquer par son smartphone, car là-haut à Luana dans l’Himalaya pas de réseau ! Le charme du film opère très vite, en dépit d’un scénario qui semble convenu. La longue marche du jeune homme avec ses deux guides et un yak nous permet mentalement de quitter notre propre univers quotidien. Arrivé après huit heures de marche, Ugyen rencontre des habitants accueillants, dont le chef du village, compositeur d’une chanson qui symbolise une vie saine, hors des tentations matérielles, et tourné vers les Esprits et le culte du yak, animal incarnant la puissance tranquille de la nature éternelle. Et c’est avec quelques enfants souriants et demandeurs d’apprendre, mais surtout reconnaissants envers leur nouveau maître d’école, que notre héros va découvrir un autre monde, celui que personnifie Shaldon, une jeune fille à la voix mélodieuse. Elle s’assoit chaque jour pour chanter sur le rebord d’un plateau, face aux hautes montagnes enneigées, et accepte la présence amicale et attentive du jeune rappeur. Elle chante la chanson composée par le chef du village, veuf inconsolé. Cette chanson sera emblématique du voyage intérieur d’Ugyen. A la fin de la période scolaire, alors que l’hiver approche, notre jeune héros transformé de l’intérieur, devra redescendre, disant adieu à ce lieu hors du temps. En effet, une lettre lui est parvenue, lui apprenant que son visa pour l’Australie lui est accordé. Ainsi se réalise son rêve de chanteur…mais la chanson apprise avec Shaldon ne le quittera plus.

Alain Le Goanvic

Autres articles sur ce film