logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :
Scénario et réalisation: Woody Allen. Photographie: Vittorio Storaro. Montage: Alisa Lepselter. Costumes: Sonia Grande. Décoration: Alain Bainée. Production: Gravier Productions, Wildside Media. Distribution: Apollo Films.

Avec :
Wallace Shawn (Mort Rifkin). Elena Ayana (Dr Jo Rojas). Gina Gershon (Sue). Louis Garrel (Philippe). Sergi Lopez (Paco). Christoph Waltz (La Mort).

Rifkin’s festival

Etats-Unis d'Amérique, 2022, 92min.

RĂ©alisation : Woody Allen

Biographie :

On ne prĂ©sente pas Woody Allen. Qu’il suffise de rappeler, «soit dit en passant», qu’Allan Stewart Konigsberg est un rĂ©alisateur, scĂ©nariste, Ă©crivain, acteur et humoriste amĂ©ricain, nĂ© Ă  New York dans le Bronx, le 30 novembre 1935 selon lui. Il est mariĂ©, quoiqu’on en pense, depuis 25 ans avec Soon-Yi Previn et rĂ©alise en moyenne un film par an depuis plus de 50 ans. MalgrĂ© d’innombrables rĂ©compenses qu’il n’est jamais allĂ© chercher, le cinĂ©aste a toujours trouvĂ© absurde la compĂ©tition en art.

Résumé :

Un couple d’AmĂ©ricains qui bat de l’aile assiste au festival du film de Saint-SĂ©bastien. Elle a une liaison avec un rĂ©alisateur français et il tombe amoureux d'une belle Espagnole.

Analyse :

Le patronyme Rifkin est portĂ© par de nombreux talents amĂ©ricains mais il ne s’agit ici ni d’Adam, scĂ©nariste et rĂ©alisateur, ni de JĂ©rĂ©my, prospectiviste et essayiste, ni de JoĂ«l, effrayant tueur en sĂ©rie, ni de Joshua, musicien, ni de Ron, acteur d’une centaine de films et de sĂ©ries, ni mĂŞme de Shepard, Ă©crivain de policiers et centenaire, mais de Mort Rifkin. Il y a dans la filmographie de Woody Allen des bonds en avant -des films inspirĂ©s- et aussi parfois des pauses -des films qui paraissent recycler les avancĂ©es prĂ©cĂ©dentes. Ainsi certains penseront-ils que notre gĂ©nial hypocondriaque et cinĂ©phile transi devant Welles, Bergman, Fellini, Bunuel, Godard ou Truffaut ne s’est dans ce dernier opus pas trop foulĂ© ! Mais il faut y regarder de plus près. Mort (sic!) Rifkin, le dernier avatar de Woody, est un romancier ratĂ©, ancien professeur de cinĂ©ma, exclusivement Ă©pris des grands films d’auteur du patrimoine europĂ©en. Sue, sa femme, attachĂ©e de presse et de coeur de Philippe un jeune rĂ©alisateur français insignifiant et narcissique, entraĂ®ne Mort au festival. La bienheureuse nĂ©vrose de ce dernier, que la liaison affichĂ©e de sa femme perturbe, l’amène Ă  la consultation d’une…cardiologue bien sĂ»r ! Dès lors le mince scĂ©nario permet Ă  l’auteur, Ă  travers les quasi monologues dĂ©sabusĂ©s du protagoniste -sorte d’auto-analyse- et des dialogues nonchalants mais quelquefois brillants avec sa superficielle femme et son idĂ©alisĂ©e thĂ©rapeute, d’Ă©grener les thèmes rĂ©currents de sa philosophie - le sens de la vie, les femmes, Dieu, la mort… - et de rendre hommage, dans les rĂŞves en noir et blanc de Mort, aux images immortelles de ses idoles cinĂ©matographiques dans lesquelles il se projette lui-mĂŞme pour mieux se fondre en elles. La petite musique allĂ©nienne est si bien lĂ  qu’on a parfois l’impression, sans surprises, d’avoir dĂ©jĂ  vu le film.

Jean-Michel Zucker

Autres articles sur ce film




Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact