logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation et photographie : José Luis López-Linares ; scénario : Jean-Claude Carrière et Cristina Otero Roth ; montage : Cristina Otero Roth ; distribution : Epicentre Films.

L’ombre de Goya (Documentaire)

France, Espagne, Portugal, 2022, 90min.

Réalisation : José Luis Lopez-Linares

Biographie :

José Luis López-Linares, né en 1955, est un directeur de la photographie, réalisateur et producteur espagnol. Il a commencé sa carrière au cinéma comme directeur de la photographie avec de nombreux metteurs en scène, dont Carlos Saura. Il a réalisé une dizaine de documentaires et est un ami de longue date de Jean-Claude Carrière. Il s’est intéressé à la peinture, Le mystère de Jérome Bosch (2016), Goya, Le sommeil de la raison (2019) et au cinéma, A propósito de Buñuel (2000).

Résumé :

Amoureux des arts et fin connaisseur de Goya, Jean-Claude Carrière nous guide dans son œuvre incomparable et nous montre à quel point l'œuvre de Goya est influente.

Analyse :

C’est un film très émouvant, nous qui savons que c’est le dernier voyage de Jean-Claude Carrière vers l’Espagne pour nous faire découvrir Goya qui l’a hanté toute sa vie (il est mort en février 2021, quelques mois après le tournage). On retrouve sa voie grave, son phrasé si particulier, son Å“il plein de malice et d’intelligence. On l’accompagne dans les musées, les chapelles aux murs et plafonds entièrement peints par Goya, dans le village et la maison natale du peintre de la fin du XVIIIè siècle. On a beau connaître ses Å“uvres, les découvrir avec le regard de Jean-Claude Carrière est un vrai bonheur pour l’intelligence et l’esprit. Il fait le parallèle entre Buñuel dont il a été l’ami et le scénariste pendant plus de trente ans, et le peintre, tous deux Aragonais qui finirent leur vie totalement sourds. Avec son immense culture et sa curiosité toujours aiguisée, il nous présente de manière assez complète l’Å“uvre du peintre : les tableaux, des grands de la Cour comme du petit peuple, de nombreuses gravures, des lithographies, des dessins, des fresques. En fin connaisseur il nous fait réaliser à quel point la création du peintre est d’une extraordinaire diversité. Des personnages calmes et enrubannés aux gens du peuple dans leur misère, leurs souffrances et leur petite condition, aux malheurs de la guerre. Son goût également pour le rêve, voire le cauchemar avec des scènes terrifiantes qui préfigurent ce que sera le surréalisme et dont Buñuel a bien pu s’inspirer.

Un moment particulièrement émouvant lorsque devant les deux tableaux de la Maja nue et la Maja habillée, il dialogue avec elle. Le regard lascif de la jeune femme semble lui dire « Qu’est-ce que tu attends ? ». Une vieille connaissance qu’il a rencontrée quand il était jeune homme, il y a donc déjà longtemps. Lui a vieilli, mais elle, par la magie de l’art, est restée jeune. On le voit lui parler avec nostalgie, comme s’il savait que c’est la dernière fois. Un adieu sensible et déchirant.

Laissez-vous aller avec ce guide exceptionnel, généreux, souriant, malicieux, plein d’esprit, qui vous fera entrer dans l’Å“uvre d’un grand peintre, qui vous la fera découvrir autrement, même si vous la connaissez parfaitement. Un grand moment d’intelligence et de culture.

Marie-Jeanne Campana

Autres articles sur ce film

  • Emission Champ Contrechamp du 25 octobre 2022 Jean Lods et Françoise Lods, Jean-Michel Zucker, Marie-Jeanne Campana,