logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation et scénario : Sophie Lévy. Photographie : Nicolas Desaint Quentin. Montage : Sanabel Cherqaoui, Sophie Levy, Compositeur : Olivier Marguerit. Production : Allso. Distribution :Wayna Pitch.

Avec :
Anamaria Vartoloméi (Clémence), Roxane Mesquida (Roxane), Arnaud Valois (Guillaume), Léo Dussollier (Le médecin).

Méduse

France, 2022, 86min.

Réalisation : Sophie Lévy

Biographie :

Sophie Levy débute comme assistante réalisatrice en 2000, puis réalise elle-même deux courts-métrages, des clips et des films publicitaires. Méduse est son premier long-métrage. Ce film, sélectionné dans 80 festivals, a obtenu plus de 45 prix dont celui du meilleur film à Snowdance, et de la meilleure réalisatrice au Toronto International Women Film Festival.

Résumé :

Romane rentre tard chez elle en compagnie de Guillaume dont elle tombe rapidement amoureuse. Le lendemain matin, Guillaume découvre une fille dans le salon. C'est Clémence, la sœur de Romane, restée hémiplégique et privée de la parole à la suite d’un grave accident de voiture. Guillaume se sent alors investi d’une mission: redonner corps et vie à Clémence.

Analyse :

Le mythe grec raconte l’ambivalence de la trop belle Méduse qui, pour avoir voulu rivaliser avec Athéna, devient un monstre aux cheveux de serpents et aux yeux dilatés qui change en pierre ceux que croise son regard, ce qui l’oblige à vivre cachée dans sa grotte. C’est bien de cela qu’il s’agit dans ce premier film très élaboré de Sophie Levy, qui donne une nouvelle version très intense et très originale du classique triangle amoureux. Romane et sa soeur cadette Clémence, hémiplégique et aphasique, -les deux faces de Méduse- vivent recluses et partagent une grande et belle maison familiale héritée de leur grand mère et située au milieu d’un lumineux bois de pins. Les deux soeurs s’aiment en silence d’un amour sororal éperdu mais sont très dépendantes l’une de l’autre. Romane, débordée de travail dans une agence immobilière, souffre de ne pouvoir accorder assez de temps à Clémence à laquelle elle se dévoue toute seule et qui passe ses journées sur un divan à manger des glaces et lire des livres d’art. Un soir elle rentre avec Guillaume, un beau pompier professionnel qui devient son amant. Très surpris le lendemain de découvrir Clémence, et fasciné par elle, celui-ci ne pourra pas résister au mystère que dégage cette jeune fille ni s’empêcher de se consacrer désormais passionnément, par des exercices de rééducation, à tenter de réduire son handicap. C’est là que les choses se compliquent: le seul fait que Guillaume s’occupe de Clémence rompt le fragile équilibre entre les deux soeurs. Saisie d’une jalousie paranoïaque, Romane s’avise qu’elle s’est jusqu’à présent oubliée elle même au profit de sa soeur tandis que Clémence va mieux et semble s’épanouir silencieusement sous les yeux attentifs de son nouveau mentor. Plus qu’au scénario c’est à la psychologie des personnages reflétée par leurs regards que s’intéresse Sophie Lévy, en une montée dramatique très étudiée, servie par la brillante interprétation des deux actrices. La maturité de la direction d’acteurs et de la mise en scène de ce thriller intimiste, véritable huis-clos à la manière de Polanski, en fait un premier film envoûtant et très prometteur.

Jean-Michel Zucker

Autres articles sur ce film