logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation : Ilya Povolotsky – Scénario : Ilya Povolotsky – Photographie : Nikolai Zheludovich – Montage : Alexander Kletsov – Son : Andrey Dergachev.

Avec :
Maria Lukyanova (la fille), Gela Chitava (le père).

La grâce (Grace)

Russie, 2023, 119min.

Réalisation : Ilya Povolotsky

Biographie :

Ilya Povolotsky, né en 1987 à Izhevsk dans l’Oural (URSS-Russie), fait des études de droit à Moscou. Recruté pour une série, il découvre le cinéma et se lance dans la réalisation. Il monte sa propre maison de production et commence par des films commerciaux et des clips publicitaires pour financer ses films. En 2017, il réalise un premier documentaire, The Northerners (Les Hommes du nord), sur la péninsule de Kola ; et en 2019, un autre au format long, Froth (L’écume), sur les communautés le long de la mer de Barents. La grâce est présentée à la Quinzaine des Cinéastes à Cannes 2023.

Résumé :

Un père et sa fille adolescente sillonnent la Russie à bord d’un van qui contient tous leurs biens et le matériel d’un cinéma itinérant. Ils organisent des projections en plein air dans les villages reculés. Lors de leur périple, de brèves rencontres ponctuent leur solitude. Mais leur vie va basculer sur les rives de la mer de Barents…

Analyse :

La grâce est un road-movie bien singulier. Loin des traversées habituellement riches en rebondissements, voire exaltantes, le film semble se résumer à une errance monotone, sans but, dans des paysages arides et des zones humaines désolées. Même le clinquant du parc commercial et de loisirs où le père et la fille font halte n’enlève rien à cette impression. Mais la ronde incessante de la caméra de Povolotsky embarque notre regard dans une étrange atmosphère entre grands espaces et confinement du van. « On voulait inscrire notre histoire dans un monde qui lui préexiste », confiera l’ancien documentariste. Cette histoire, c’est avant tout celle d’une adolescente qui, à travers les rencontres insolites du périple, trouve son chemin d’émancipation vis-à-vis de son père. Ce chemin, c’est d’abord la découverte de sa féminité. Plus que son expérience sexuelle avec un garçon, ce sont les femmes croisées au gré des étapes qui la lui révèleront. « Tu es jolie », lui dira l’une d’elles. Mais ce chemin, c’est aussi celui d’une nouvelle inscription dans le monde où son père l’a entraînée. Le « on vit dans un van » qu’elle opposait sèchement au « on voyage » de son père fait place à l’affirmation d’un autre voyage, le sien propre. À elle seule appartient l’appareil photo, véritable ‘révélateur’ de cet éveil au monde. « Je partage le regard du personnage féminin à travers l’appareil photo. « Elle a appris à appréhender le monde avec délicatesse », déclarera le réalisateur. C’est là sans doute que gît la grâce du film.

Yves Ballanger

Autres articles sur ce film




Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 25 avenue de Lodève, 34070 Montpellier
04 67 92 16 56 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact