logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation : Gilles Perret. Scénario : Gilles Perret, Marion Richoux. Montage : Stéphane Perriot. Son : Didier Frédeveaux, Louis Molinas, Yoann Veyrat. Musique originale : Vincent Boniface. Production : Elzévir Films. Distribution : Jour2Fête.

La ferme des Bertrand (Documentaire)

France, 2024, 89min.

Réalisation : Gilles Perret

Biographie :

Fils d’ouvrier né en 1968 en Haute Savoie, il y vit toujours. Après des études d’ingénieur, il se tourne vers l’audiovisuel et le cinéma et réalise une vingtaine de documentaires, la plupart à caractère social et humaniste. Le 1er, sorti en 1999, 3 frères pour une vie, relatait la transmission de leur ferme par 3 frères célibataires à leur neveu Patrick et à sa femme Hélène.

Résumé :

25 ans plus tard le réalisateur revient sur les 50 ans de cette ferme de Haute-Savoie, entre Genève et Chamonix, une exploitation laitière d’une centaine de bêtes. Il accompagne maintenant Hélène qui, à son tour, va passer le témoin à la génération suivante. Montrant l’évolution de la pénibilité du travail sur un demi-siècle, le film dévoile des parcours de vie bouleversants gravitant autour du travail et de la transmission.

Analyse :

Familier dans son enfance des travaux saisonniers de la ferme des Bertrand qui jouxtait sa maison, le réalisateur parachève un travail documentaire où son histoire personnelle est inscrite. S’il peut paraître renvoyer à une actualité brûlante, il n’évoque cependant ni contestation ni révolte mais relaie des questions autour du sens et de l’avenir de la condition paysanne. Il met en place un dispositif qui articule avec une grande fluidité les images de trois époques: celles tournées par lui en 1997 et en 2022 et celles, en noir et blanc, réalisées en 1972 par le journaliste Marcel Trillat pour la télévision, et qui l’ont inspiré. Le film s’ouvre sur des robots à traire des vaches qu’on soûle de musique pour éviter qu’elles n’aient peur du bruit et ne donnent pas de lait, explique Hélène, qui en quittant la ferme familiale ne regrette pas le temps où il fallait à la main traire, distribuer les céréales, et ramasser le foin, quand désormais la mécanisation et l’informatique améliorent le sort de l’agriculteur. Ainsi, à l’écoute de 3 générations, le compagnonnage ancien et authentique du cinéaste avec les habitants de la ferme lui permet-il de faire entendre ce qu’ils livrent en confiance avec une intelligence et une honnêteté remarquable, mais non sans un certain fatalisme pour les plus anciens: leur questionnement sur le sens de leur vie, le poids du destin, la transmission, la notion de bonheur. Pour tous, le travail bien fait et la sauvegarde des paysages pour ceux qui les suivront importent plus que le gain, conscients de ce qu’ils gèrent leur temps avec plus de souplesse que les ouvriers. Ils lisent, sont avides de rencontres et d’échanges, et leurs mots sont justes. Dans cette très attachante fratrie, Joseph aime spontanément à expliquer les choses, Jean est plus réservé, André, le seul survivant des 3 actuellement, exprimera de façon poignante ses doutes: «C’est un échec sur le plan humain, puisqu’on n’a su faire que ça (…) Y aurait peut-être eu mieux à faire.» Dans ce film émouvant, c’est le singulier et l’universel d'une chronique à la fois intime, sociale et économique du monde paysan qu’il nous est donné de partager et une véritable philosophie de vie.

Jean-Michel Zucker

Autres articles sur ce film

  • Emission Champ Contrechamp du 27février 2024 Jean-Michel Zucker et Jacques Champeaux, Françoise Wilkowski-Dehove, Jean Wilkowski,


    Mentions légales

    Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

    Secrétariat national, 25 avenue de Lodève, 34070 Montpellier
    04 67 92 16 56 - secretariat@pro-fil-online.fr

    Contact