logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation : Nicolas Philibert. Image : Nicolas Philibert, Pauline Pénichout. Son : Erik Ménard. Images drone : Emmanuel Fraisse. Montage : Nicolas Philibert, Janusz Baranek. Montage son : Lucile Demarquet. Production : TS productions, France Télévisions, Les films du Losange, Universciné. Distribution : Les films du Losange. Avec Les patients et les soignants des unités Averroès et Rosa Parks de l’hôpital Esquirol/Pôle Paris centre.

Averroès & Rosa Parks

France, 2024, 143min.

Réalisation : Nicolas Philibert

Biographie :

Formé auprès de René Allio puis de Joris Ivens, il réalise plusieurs films de montagne pour la télévision avant les longs métrages documentaires: La ville Louvre-1990, Le pays des sourds-1992, La moindre des choses-1997, à la clinique psychiatrique de La Borde, Etre et avoir-2001, sur la vie quotidienne d’une école à classe unique, La maison de la radio- 2012, De chaque instant-2018, dans un IFSI à Montreuil, enfin Sur l’Adamant-2023, Ours d’Or à Berlin.

Résumé :

Averroès et Rosa Parks : deux unités de l’hôpital Esquirol, qui relèvent - comme l’Adamant - du Pôle psychiatrique Paris-Centre. Des entretiens individuels aux réunions “soignants-soignés”, le cinéaste s’attache à montrer une certaine psychiatrie qui s’efforce encore d’accueillir et de réhabiliter la parole des patients. Peu à peu, chacun d’eux entrouvre la porte de son univers. Dans un système de santé de plus en plus exsangue, comment réinscrire des êtres esseulés dans un monde partagé ?

Analyse :

Ce 2ème volet d’un triptyque, après le 1er tourné sur l’hôpital de jour flottant de l’Adamant, se situe à l’hôpital Esquirol de Charenton auprès des patients des deux unités de soins que désigne le titre du film. Après des images en plongée du site obtenues par drone, des entretiens individuels, filmés en champ/contrechamp sur le patient et le psychiatre, sont entrecoupés par des ateliers ou des moments collectifs de parole -incluant parfois un membre de la famille. Emaillé de respirations en plans fixes sur l’intérieur ou l’extérieur du bâtiment, ce dispositif préserve l’authenticité d’une parole qui s’échange et nous concerne. Concentré sur ce qu’il entend et ce qu’il voit, le spectateur n’est jamais mis en situation de voyeur, mais ressent avec une grande émotion l’humanité partagée des patients et des soignants. L’attention, la patience, la maîtrise, l’empathie jusque dans les moments les plus critiques caractérisent tous ces soignants, du patron à la jeune interne de garde. La répétitivité des comportements, des mimiques, et du discours délirant des patients, qui traduit la détresse qui les étreint soudain lorsqu’ils prennent conscience de leur marginalité et de la précarité de leur avenir, contraste avec la confiance qu’ils témoignent à des soignants qui les protègent. C’est au début du film un homme enfermé en lui-même qui hésite interminablement lorsqu’on lui propose une évasion de ce lieu clos vers un appartement partagé. Cet autre explique que sa vie a basculé lorsqu’il a jeté il y a des années un vélo du 5ème étage. Avec anxiété un 3ème ne trouve «pas humain», pour les soignants non plus, d’être cloitrés en hôpital psychiatrique. Une adolescente au crâne rasé se remet d’une voix détimbrée d’une tentative de suicide médicamenteuse. Un agrégé de philo volubile est intarissable sur le nombre de ses travaux universitaires et des langues qu’il parle. Une vieille femme édentée, atteinte depuis la mort de sa sœur d’un délire de persécution aigu, hargneuse boule de colère, clame tragiquement qu’elle préfère les câlins aux médicaments. Son visage comme celui de ses compagnons nous hanteront longtemps.

Jean-Michel Zucker

Autres articles sur ce film




Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 25 avenue de Lodève, 34070 Montpellier
04 67 92 16 56 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact