logo

PROtestants et FILmophiles

Festival de Locarno 2013

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS



Retour vers la page du festival


Joaquim Pinto Nuno Leonel Joaquim Pinto, Festival del film Locarno © 2013

Né à Porto, au Portugal, en 1957, Joaquim Pinto a débuté sa carrière par le mixage son, en travaillant avec de nombreux cinéastes comme Manoel de Oliveira, Raúl Ruiz et André Téchiné. Entre 1987 et 1996, il a produit plusieurs films, comme La Comédie de Dieu de João César Monteiro (1995). Il a réalisé son premier long métrage, Uma Pedra no Bolso, en 1988, suivi de Onde Bate o Sol (1989), tous deux sélectionnés à la Berlinale. En 1992, il a signé Das Tripas Coração présenté dans le Concorso internazionale à Locarno, puis des documentaires comme Surfavela (1996) ou Cidade Velha (1999). Il dirige une maison d’édition de musique et de littérature avec Nuno Leonel.

Fiche technique

Réalisation : Joaquim Pinto
Interprètes : Joaquim Pinto, Nuno Leonel
Photographie : Nuno Leonel, Joaquim Pinto
Scénario : Joaquim Pinto
Son : Nuno Leonel, Joaquim Pinto
Montage : Nuno Leonel, Joaquim Pinto
Dialogues : Joaquim Pinto
Production : C.R.I.M.
Av. do Brasil 154 r/c Esq
1700-076 Lisboa
t:+351218446102
Co-production :Presente Edições de Autor Lda.
Droits mondiaux : C.R.I.M.

E Agora? Lembra-me (What Now? Remind Me)

Portugal 2013, durée: 164', langue originale: portugais. Sélection Officielle

Synopsis: Joaquim Pinto vit avec le VIH et l’hépatite C depuis près de vingt ans. E Agora? Lembra-me relate une année d’études cliniques sous psychotiques et médicaments toxiques dont la commercialisation n’a pas encore été approuvée. Une réflexion sur la survie au-delà de tous les pronostics mais aussi sur l’amour et l’amitié.

Le réalisateur se filme lui-même, seul, en couple avec son amant (il précise qu'ils sont mariés), avec ses chiens, dans différents univers entre lesquels se déroule cette période difficile de sa vie. Un regard sur la fiche technique suffit pour se persuader qu'il s'agit d'un film d'un soi pour soi. Chaque oeuvre d'art parle toujours de l'intimité de l'artiste, à travers toute mise en fiction. Mais il me semble - est-ce une impression due aux hasards de programmations des derniers festivals auxquels j'ai pu assister, ou est-ce une réalité ? - que les films d'homosexuels expriment un narcissisme plus direct, moins médiatisé par le recours à la fiction, une mise en scène plus voyeuriste - jusqu'à cette scène d'intimité qui a inspiré cette annonce dans le programme du festival : "Le film comporte des scènes qui peuvent heurter la sensibilité de certains spectateurs."

Citation : "Il est triste de marcher au milieu de Dieu absent."

Des images très belles d'une nature "vivante" - une libellule, une limace, une abeille, des fleurs... - alternent avec des prises de vue d'hôpitaux, de laboratoires, d'avions. Le récit des plantations que les deux hommes entreprennent, très proches de la nature, contrastent avec leur consommation de drogues, leur d'activisme politique passé (au cours duquel Joachim a croisé une certaine Angela Merkel). Le tout est accompagné d'une voix off qui nous livre un mélange de réflexions sur la vie et la mort, la maladie en général et le SIDA en particulier, la nature, la place de l'homme dans l'univers, la quête de sens.

La religion est très présente, partie prenante de cette quête dans laquelle Joachim s'est engagé pour conjurer sa maladie. Lui-même non-croyant, se confronte à la foi de son ami qui lui cite l'évangile. L'inertie dans laquelle le plongent les médicaments lui fait dire "Il faut vouloir pour vouloir", phrase qui évolue au cours du film en "Il faut vouloir pour croire", puis en "Il faut croire pour croire", jusqu'à ce que son ami lui dise "ne crois pas pour croire  !", phrase qui n'aurait sans doute pas déplu à Bonhoeffer qui repugnait tant à se servir de la peur devant la mort pour faire du prosélytisme.

Emaillé de bribes d'actualités d'aujourd'hui ou du passé récent, le film met en évidence, par un constant retour sur ce soi souffrant, la place fragile de l'homme dans l'univers.

Waltraud Verlaguet

Locarno 2013, Sélection Officielle

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact