logo

PROtestants et FILmophiles

Festival de Venise 2012

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS



Retour vers la page du festival

Les articles publiés dans le numéro 665 de la revue suisse Ciné-Feuilles ont été mises à la disposition du site de Pro-Fil pour être accessibles à un plus large public. Que nos amis suisses en soient chaleureusement remerciés.

Paradise : Glaube (Paradis : foi) de Ulrich Seidl

Autriche/Allemagne/France (C)

Prix du Jury

Voici le second volet d’une trilogie consacrée au « paradis ». Ce film explore ce que signifie « porter sa croix » au travers du personnage de Anna-Maria, femme d’une cinquantaine d’année, séparée de son mari musulman,  qui consacre tout son temps et son énergie à sa dévotion au Christ et à la Vierge. Un visage du catholicisme intégriste, qui confond foi et refus du corps et des émotions qui pourraient l’impliquer, autrement dit qui oppose la foi et la vie déploie ici le sens de l’expression biblique. Anna-Maria consacre ses  vacances va à effectuer du porte-à-porte pour permettre à la Vierge (dont elle trimballe une statue) de visiter tout à chacun dans quelques immeubles viennois. Mais, lorsqu’un jour son mari hémiplégique est de retour, comment sa foi évoluera-t-elle ? S’affermira-t-elle, s’ouvrira-t-elle ou assistera-t-on au contraire à l’affrontement de deux êtres blessés par l’existence, mais incapables de renouer avec l’amour ? Ulrich Seidl poursuit son travail d’entomologiste dont le regard est attentif au moindre détail. Paroles, gestes, objets, silences, décors, météo, ordre, chaos, rien ne lui échappe, mais son extrême attention ne porte pas de jugement sur les êtres et leur devenir incertain. Au final, il se dégage de ce film une immense tristesse analogue à celle le premier volet de la trilogie, PARADIS : AMOUR (voir CF ??), consacré à la quête amoureuse désespérée de la sœur d’Anna-Maria en vacances en Afrique. Autant dire que le mot « paradis » paraît bien déconnecté d’une réalité désespérante dans laquelle des êtres semblent englués. Et ni l’amour ni la foi, lorsqu’ils sont dénués de liberté, ne seront capables de les en sortir.

Serge Molla

Mostra 2012, Prix du Jury

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact