logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS



Retour vers la page du groupe de Mulhouse

Autres articles en ligne pour ce film :

Les fiches de film du groupe de Mulhouse

La Vérité ou le refus du faux-semblant

Deux actrices superbes et un réalisateur talentueux pour une variation sur l'art de faire du vrai avec du faux, autrement dit sur la comédie de la vie ou comment savoir où commencent respectivement la vie et la comédie ?

Dialogue entre une mère, Fabienne (Catherine Deneuve), et une fille, Lumir, (Juliette Binoche) où les autres protagoniste servent de révélateurs, de candides ou de témoins, mais tout se joue autour de l'absence.

L'absence de Sarah, dont on n'apprend rien si ce n'est l'importance tant pour l'une que pour l'autre, chacune cherchant à constater cette importance que Fabienne tait alors que Lumir ne cesse de la fantasmer. Tout se passe comme si à défaut d'avoir eu la mère rêvée, Lumir désespérait de ne pas avoir été la fille d'une autre, de cette autre pourtant si proche de sa mère, double, sœur, concurrente ?

S'ajoute au trouble de ce jeu de la vérité, l'irruption d'un film dans le film où la mère se retrouve dans la situation de la fille délaissée par une mère obsédée par son désir de vie éternelle, comme l'est l'artiste elle-même, ou à tout le moins de continuer à vivre même s'il faut pour cela passer à côté de la vie de ceux qui l'aiment, comme le fait l'artiste elle-même.

C'est quand la vérité de la vie fait irruption sous la forme d'une émotion enfin éprouvée comme fait, comme si la vie ne pouvait être vraie que par l'émotion, que Fabienne parvient enfin à la forme juste, qu'elle parvient à produire le simulacre de la vie comme s'il avait fallu vivre pour apprendre à à simuler la vie.

Méditation douce sur le sens de la vie, La vérité interroge notre rapport au temps qui passe et à tous les simulacres que nous installons dans nos existences pour faire croire aux autres que nous existons. Tout ce qui nous éloigne de ceux que nous aimons, nos ambitions, nos carrières, nos désirs, notre appétit de vivre vaut-il vraiment la peine de se passer de ceux que l'on aime ? Sans doute qu'il nous faut réapprendre la limite pour trouver la juste place, la bonne distance pour ne pas tomber dans le faux-semblant.

Roland Kauffmann

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact