logo

PROtestants et FILmophiles

Festival de

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS



Retour vers la page du groupe du groupe de Mulhouse.

Autres articles sur ce film

  • Découvrir Billy Budd (R. Kauffmann)
  • Les fiches de film du groupe Mulhouse

    BlacKkKlansman ou comment infiltrer la haine

    Sans tre transform par elle ? 

    Car tel est bien le propos du dernier film de Spike Lee qui relate l'histoire vrai de Ron Stallwort, policier noir infiltrant la section locale du Klu Klux Klan l'occasion de la visite de David Duke, Grand Sorcier des Chevaliers, sous-groupe du KKK.

    Ce dernier est cette poque en qute de ddiabolisation. Il vite en public d'voquer la "suprmatie" de la race blanche et prne le "sparatisme" pouvant sduire un lectorat sudiste conservateur, tel point que mme Ron s'y laisse prendre. Jusqu' ce que son suprieur direct, un policier blanc le ramne la ralit et le sorte de sa navet.

    Ron Stallwort n'est pas politis, au contraire de son amie Patrice, leader du mouvement des tudiants noirs accueillant Stokely Carmichael (devenu Kwame Ture en 1978). Ce dernier tait un compagnon de Martin Luther King et auteur de l'ouvrage Black Power en 1967, prenant alors ses distances avec Martin Luther King.

    Spike Lee est pass matre dans l'art des doubles projections, des miroirs et des associations. Ainsi l'une des scnes centrales du film est un modle du genre. Les tudiants, runis dans une maison, lumineuse et ouverte, coutent un ancien (Harry Bellafonte tout en pudeur et sincrit) raconter le lynchage d'un adolescent tandis que les Chevaliers, dans le secret d'une cave sordide, singent littralement une crmonie de baptme en visionnant Naissance d'une nation de Griffith. Beaut, dignit, revendication d'humanit rpondent la laideur grimaante de l'oppression. Renversement complet, les "singes" n'tant pas ceux que montrent le film de Griffith. Le film de Spike Lee, lui-mme est tout entier un cho la situation prsente puisqu'il se termine par des images documentaires des vnements de Charlottesville du 12 aot 2017 o un suprmatiste blanc a fonc dans une foule (mixte) avec sa voiture.

    S'il vite de sombrer dans le pamphlet et parvient faire de son film une arme de combat plus que de simple propagande, c'est en rvlant les complexits de la lutte au sein mme du groupe des tudiants, notamment par le duo Ron/Patrice. Au-del de l'idylle videmment naissante, ce sont deux approches radicalement diffrentes qui vont se rconcilier finalement. Patrice revendiquant une certaine forme de sparation des noirs d'avec les blancs de manire d'une faon finalement assez proche des blancs du KKK alors que Ron recherche l'abstraction: ne plus tre considr en fonction de sa couleur de peau mais de ses comptences, toute l'histoire du rve amricain des Fondateurs et de Martin Luther King.

    Une ligne qui fracture toute l'histoire du mouvement des droits civiques et donne toute son paisseur au film, bien au-del de la caricature de ce troupeau de blancs avins et bas du front. Mais surtout un questionnement sur la manire de lutter contre l'abjection sans se rduire user des mmes armes et donc de toujours refuser dchoir au mme niveau que ses adversaires.

    "Vouloir qu'il soit excut signifierait que je ne suis pas meilleur que lui", ainsi s'exprime Najee Washington propos de Dylann Storm Roof, l'auteur du massacre de l'glise de Charleston le 17 juin 2015 (cit par Serge Molla, Martin Luther King, prophte. Labor et Fids, 2018, p. 205). Et c'est bien l'enjeu du film de Spike Lee que de montrer qu'il est possible de lutter pour la libert et la justice sans user des mmes armes car finalement force reste la loi et au Droit.

    Roland Kauffmann

    Mentions légales

    Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

    Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
    04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

    Contact