logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS




Retour à la page du groupe

Réunion mensuelle le vendredi à 17h30

Prochaines réunions :

16 novembre

13 décembre

10 janvier

7 février

14 mars

11 avril

9 mai

 juin

4 juillet

 

 

Contact : Monique Laville
Le Moulin du Riou 31410 Noé
05 61 87 35 86
metou.riou*laposte.net

Groupe local de Toulouse

Le vendredi 11 décembre ce sera 'Lobster' de Yorgo Lanthimos présenté par Patrick et Maxime


Articles en ligne pour ce film :


Articles en ligne pour ce film :

Le vendredi 13 novembre c'était Marguerite de Xavier Giannoli.

Par la forme, ce film s'apparente à un roman avec ses cinq chapitres qui conduisent de la présentation de Marguerite à sa mort à travers un parcours sans longueur, bien que la durée dépasse deux heures. Malgré la fin tragique, ce n'est pas une œuvre sombre, le dernier tableau pouvant se voir comme sublimation et non comme disparition, comme harmonie de l'être au temps du départ.

L'héroïne, d'une apparente candeur désarmante, accomplit un destin que des dieux antiques auraient pu tracer pour elle. Deux forces la gouvernent, son amour pour son mari et sa passion pour la musique. Elle va s'appuyer sur la seconde pour s'efforcer de conquérir cet homme qu'elle a peut-être épousé pour son titre de baron, comme lui-même l'a sans doute épousée pour sa fortune.

Or cette cantatrice amateur chante abominablement faux, et personne n'ose le lui dire. Et quand, en finale, elle entend l'enregistrement de sa voix, cette révélation la tue. Mais c'est dans les bras d'un mari aimant qu'elle quitte un monde en mutation (effondrement de la société d'avant guerre et émergence d'une nouvelle société cynique et nihiliste) où tout sonne faux et où 'sonner juste' est totalement dissonant. On pense ainsi à 1 Cor. 13 "si je n'ai pas l'amour, je ne suis qu'un cuivre qui résonne", ou aux ombres de la caverne de Platon.

Sait-elle qu'elle chante faux ? Pour beaucoup, non. Pour d'autres elle n’est dupe de rien, ni de sa voix ni de l'hypocrisie de l'environnement. Qu'en somme, en rencontrant les différents publics et personnages, elle les amène à se révéler, à rompre ou à évoluer vers l'amitié et l'amour, sous la surveillance attentive de son majordome, amoureux platonique depuis le début. Mais dans cette attitude aucune agressivité, aucune méchanceté n'est perceptible.

Les notes données, entre 11 et 17 avec moyenne à 14,3/20, indiquent que beaucoup de qualités ont été reconnues à ce film : association de symboles opposés, complexité/ambiguïté des personnages et évolution au cours du récit, expressivité des visages, beauté visuelle d'une œuvre qui peut s'apprécier à plusieurs niveaux, abondance des thèmes abordés ou effleurés.

L’unanimité s'est manifestée pour reconnaître en Xavier Giannoli un grand réalisateur et en Catherine Frot une actrice de talent. Et que le choix des autres acteurs ne laisse rien à désirer.

Un rapprochement possible nous est apparu entre le personnage central et ces vers de Lamartine : 'Borné dans sa nature, infini dans ses vœux,l'homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux.'

Les fiches de films du groupe de Toulouse

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact