logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS


Archive des éditos

Edito : mars 2022

Sans a priori ni oeillères

Adhérent de Pro-Fil depuis une décennie, je fais partie des membres non croyants. On m’avait prévenu que cela ne faisait pas obstacle à ma participation. Et j’ai rencontré au sein de l’association une ouverture d’esprit qui m’a étonné. Jamais je n’ai été interrogé sur mes croyances, jamais la moindre allusion n’y a été faite. En ces temps où pour être crédible, chacun doit se réclamer de tel ou tel camp, il me semble important de le souligner. La seule croyance requise et que j’assume avec plaisir est l’amour du cinéma.

Ce qui ne veut pas dire ignorer les questions morales que nous pouvons rencontrer dans les films. Au contraire, c’est la façon dont le cinéma les prend à bras le corps qui est intéressante. Ce que j’apprécie à Pro-Fil c’est justement de pouvoir en discuter librement, sans a priori et sans œillères. Et d’apprécier l’ambiguïté inhérente à certaine situations. Je prendrai deux exemples, sortis récemment. Bien loin du « vert paradis des amours enfantines », Un monde (Laura Wendel)montre de quelle cruauté les enfants peuvent faire preuve les uns envers les autres, dans l’impuissance des adultes. C’est une image de l’enfance bousculée où coexistent l’amour, le besoin de protection et l’apprentissage des duretés et même parfois des scandales de la vie. Tableau moral qui nous oblige à réfléchir à nos propres conduites. Dans Great Freedom, Sebastian Meise montre comment l’amour peut triompher de l’oppression et de la marginalisation sociale. Soit deux homosexuels qui se rencontrent en prison – c’est la réalité de l’Allemagne de l’après-guerre, l’homosexualité y est punie pénalement. Ils tombent amoureux et finissent par vaincre les obstacles imposés par cette société intolérante, mais aussi leurs résistances personnelles pour s’avouer que leur amour est plus fort que les tourments induits par leur situation. Une belle leçon de liberté.

Philippe Raccah

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact