logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Fiche technique :
Réalisation : Rodrigo Sorogoyen - Scénario: R. Sorogoyen et Isabel Pena - Musique: Olivier Arson - Photographie : Alejandro de Pablo - Montage: Alberto del Campo - Sistribution France: Le Pacte.

Avec :
Marta Nieto (Elena); Jules Porier (Jean); Anne Consigny (mère de Jean); Frédéric Pierrot (père de Jean).

Madre

France, Espagne, 2019, 125min.

Réalisation : Rodrigo Sorogoyen

Biographie :

Rodrigo Sorogoyen né en 1981 est un réalisateur et scénariste espagnol. Il est considéré comme l’un des meilleurs représentants du renouveau du cinéma espagnol. Il est l’auteur de cinq longs métrages dont Que Dios nos perdone (2016), prix du meilleur scénario au Festival international du film de Saint-Sébastien, et El reino (2018) récompensé de sept goyas; également de deux courts métrages dont Madre (2017, deux goyas).

 

Résumé :

Le fils d’Elena, âgé de 6 ans, a disparu sur une plage des Landes. Dix ans après Elena y vit et travaille dans un restaurant de bord de mer. Dévastée depuis ce tragique épisode, sa vie suit son cours tant bien que mal, jusqu’au jour où Elena rencontre un adolescent qui ressemble à son fils disparu…

Analyse :

Avec le talent qu’on lui connaît, Rodrigo Sorogoyen a, pour ce cinquième long métrage, changé de style. Après deux thrillers, l’un policier (Que Dios nos perdone), l’autre politique (El Reino), il nous offre un récit intimiste, subtil, qui analyse en profondeur la désespérance d’une mère qui noue une relation trouble et ambiguë avec un jeune garçon de l’âge qu’aurait eu son fils disparu. Le film commence comme un thriller, avec un long plan-séquence virtuose d’une dizaine de minutes où la tension monte jusqu’à l’angoisse ; on suit l’effroi et l’impuissance de la mère dans son appartement madrilène, lorsqu’à travers la conversation téléphonique qu’elle a avec son fils de six ans on comprend qu’il est seul et perdu sans son père sur une immense plage en France et qu’un «monsieur» s’approche de lui. Cette scène d’ouverture constitue le court métrage du même nom réalisé par l’auteur en 2017. On change ensuite de registre et on retrouve Elena dix ans après qui travaille dans un bar sur une immense plage semblable à celle où son fils a disparu. Le regard vide, désœuvrée, elle arpente le soir cette vaste plage landaise. Des vues répétées du flux et du reflux des flots sur le sable sont la métaphore angoissante du souvenir d’une tragédie ressassée. En croisant un groupe de jeunes garçons elle est saisie par la ressemblance de l’un d’eux avec son fils. Et comme aimantée par lui elle le suit et suscite la rencontre. Le lien qu’elle tisse avec Jean est à la mesure de la force du manque de ce fils disparu et d’une quête qu’un deuil qui n’a pu se faire laisse inassouvie. Le réalisateur a l’intelligence et la subtilité de donner à cette relation forte et dérangeante, beauté et liberté, là où les autres, particulièrement les parents de Jean, ne voient que du mal. Pour Elena c’est la recherche d’un fils de substitution, pour Jean c’est l’excitation d’un adolescent qui se voit courtisé par une femme d’âge mûr. Mais au-delà de ces raisons c’est une attirance réciproque complexe dont la nature échappe aux intéressés eux-mêmes. C’est ce qui fait tout l’intérêt et la beauté du film.

Un film porté par la remarquable interprétation de Marta Nieto dont chaque regard, chaque geste expriment la douleur d’une mère amputée d’un fils trop tôt disparu.

Marie-Jeanne Campana

Autres articles sur ce film

  • Amour et famille Claude Bonnet
  • Madre Waltraud Verlaguet