logo

PROtestants et FILmophiles

Festival de Berlin 2019

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS



Retour vers la page du festival


Avec James Norton, Vanessa Kirby, Peter Sarsgaard, Joseph Mawle, Fenella Woolgar

Agnieszka Holland est née en 1948 à Varsovie. Elle fait des études à la FAMU de Prague puis collabore avec Andrzej Wajda (Danton, 1982; Un amour en Allemagne, 1983) et participe à l’écriture de Trois couleurs - Bleu de Kryzsztof Kieslowski. Elle réalise son premier long métrage en 1977, Niedzielne dzieci, puis Acteurs provinciaux en 1980.

Elle noue des relations avec la France où des producteurs financent plusieurs de ses films, notammment Le Complot (1988) et Olivier, Olivier (1991). Avec Europa Europa en 1990 elle remporte un grand succès.

Aux USA elle tourne Le Jardin secret en 1993. Suivent des films historiques : Rimbaud Verlaine (1995), Washington square (1998), puis Julie Walking Home en 2002. Elle participe aussi à des séries comme The House of Cards ou Cold Case et en tout 38 films à son actif.

Mr. Jones

Réalisé par Agnieszka Holland, Pologne, Royaume-Uni, Ukraine, 2019, 141min.

James Norton © Robert Palka / Film Produkcja

Synopsis : Le journaliste Gareth Jones est témoin en 1933 de la famine en Ukraine, conséquence catastrophique de la politique de Staline. Va-t-il réussir à porter la vérité au public ? Un portrait à partir d’événements réels.

Une fois de plus, la réalité dépasse la fiction. Aucun film d’horreur n’arrive à la cheville des crimes contre l’humanité de notre passé récent.

L’histoire de Mr. Jones, le jeune homme qui avait tout compris et que personnen’a cru, est poignante. La retracer est un devoir de mémoire et une œuvre salutaire à l’ère de nos fake news. Il fut tué et celui qui a maintenu les fausses nouvelles et permis que le monde continue à fermer les yeux sur les crimes de Staline et va droit dans le mur, lui il vit jusqu’à la fin de ses jours dans le prestige de son Pulitzer. Ahurissant.

Les couleurs sépia pour la partie qui joue dans l’establishment anglais se voient contrastées par les tons blaphards de la famine en Ukraine. 

Le récit est entrecoupé de passages montrant Georges Orwell écrivant son Animal Farm. D’aulleurs Le film s’ouvre sur des très gros plan sur des cochons et des poules. Le ton est donné.

Un film important. 

Waltraud Verlaguet

Autres articles en ligne pour ce film :

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact