logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Voir la page du festival sur le site d'Interfilm

Membres du jury œcuménique 2021
Archive

50ème Festival International du Film Molodist

29 mai - 6 juin 2021

www.molodist.com

Dans la compétition internationale des longs métrages, le prix du jury oecuménique est décerné à

After Love (Après l'amour*)

©Kiev 2021

réalisé par Aleem Khan (Royaume-Uni, 2021)

Cette histoire puissante, servie par des dialogues et des images fortes, touche au plus profond de l’âme du spectateur. Elle promeut l’acceptation et l’insensibilité à la douleur en embrassant la vie de chacun,  indépendamment de sa situation finale, comme l’a fait le principal personnage du film. L’usage métaphorique de la nature est utilisé habilement pour exprimer le conflit intérieur de l’héroïne qui suit son instinct et décide de faire face à son chagrin plutôt que de s’y laisser enfermer et de le laisser la détruire de l’intérieur. Elle abandonne la jalousie pour le bien de la compréhension, elle abandonne le besoin de posséder pour le bien du partage, elle abandonne sa douleur pour le bien d’aller de l’avant dans sa vie. Le film défend le pardon et la compréhension mutuels, les conflits extérieurs et intérieurs amenant les principaux personnages à la réconciliation avec les autres, qu’ils soient ex-mari, amant ou père, et avec eux-mêmes. Le thème de la réconciliation, indépendamment de la diversité, est crucial dans le monde moderne troublé où l’humanité souffre de conflits dévastateurs. 

Situé dans la ville côtière de Douvres au sud de l'Angleterre, Mary Hussain se retrouve veuve après le décès inattendu de son mari. Un jour après l'enterrement, elle découvre qu'il cachait un secret à seulement 34km de l'autre côté de la Manche, à Calais.

Dans la sélection internationale des courts métrages, le prix du jury oecuménique est attribué à

Into the Night (Dans la nuit*)

©Kiev 2021

réalisé par Kamila Tarabura (Pologne)

Cette histoire dynamique et complexe sur le thème universel du moment difficile de l’adolescence évoque les difficultés à assumer sa vraie nature. Nous observons l’évolution de l’héroïne qui, en conflit avec le monde, en particulier avec sa mère et ses camarades de classe, va découvrir la liberté en suivant ses impulsions et en se liant à une fille qui est son exacte opposée. La séquence d’événements habilement arrangée construit une atmosphère pleine d’espoir alors que les personnages embrassent leurs personnalités, s’abandonnent à leurs émotions et reconnaissent leurs luttes intérieures. En se centrant sur l’identité,  le film suggère que chacun peut surmonter les difficultés extérieures  qui oppriment sa liberté et son expression. A ce message optimiste s’ajoute la qualité artistique du film et la description réussie du conflit intérieur de l’héroïne. 

Krysia, une adolescente, quitte sa maison pour la première fois durant une semaine. Sa mère l’a emmenée à une soirée. Elle n’a pas envie d’y aller mais elle fait toujours ce qu’on lui dit de faire. A la soirée, elle rencontre Majka. Les deux filles s’éclipsent et entreprennent un voyage qui prend une allure étourdissante. Majka, blessée intérieurement, cherche à savoir jusqu’où elle peut aller avec sa sexualité alors que Krysia fait tout ce qu’elle peut pour deviner son secret. Est-ce que cette nouvelle amitié pourra guérir Krysia ? 

 

Dans la sélection internationale des films d'étudiants, le prix du jury oecuménique est attribué à

Parole

©Kiev 2021

réalisé par Vojtech Novotny (République tchèque)

Cette histoire émouvante sur le défi des luttes intérieures résonne chez le spectateur. Le conflit intérieur du protagoniste qui est en même temps son propre ennemi est au centre d’un récit bien mené. Le spectateur suit le jeune homme dans son chemin vers la compréhension de ses conflits internes qui apparaissent comme la raison de sa violence. La tension monte quand le personnage principal est confronté à ses amis et à sa mère, révélant ainsi le rôle crucial que jouent  les relations intimes dans le développement d’un individu. Alors que la forte scène finale donne l’espoir d’une réconciliation, après que le jeune protagoniste a été poussé à des extrémités dangereuses, le message du film est l’importance de l’estime de soi et de la maitrise de ses pulsions. 

Filip est libéré sur parole d’un centre de détention pour jeunes et retourne chez sa mère qui cherche visiblement à l’aider à se réintégrer. Cependant, dans un environnement familier, entouré des personnes de son passé, Filip voit grandir sa frustration. 

 

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact