logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - FESTIVALS






Voir la page du festival sur le site d'Interfilm

Membres du jury œcuménique 2022
Archive

71e Festival International du Film Mannheim/Heidelberg

17 au 27 nov. 2022

www.mannheim-filmfestival.com

Le jury œcuménique de Mannheim-Heidelberg décerne son prix, doté de 2500 € par l'Eglise protestante allemande et le service cinéma de l'Eglise catholique allemande.

Le Prix du jury oecumenique est décerné au film

Valeria mithatenet

© Lama, Guz Raz

réalisé par Michal Vinik (Israël / Ukraine, 2023)

Tout se déroule comme dans un tourbillon dans ce film brillamment construit et écrit comme un drame où un brin d’humour est pourtant par moment perceptible.  

Le film est réalisé tel un « huis clos », où les émotions se bousculent, les cultures s’entrechoquent, les intérêts se heurtent. La liberté est-elle plus importante que la vie confortable d’un mariage arrangé ?  

La réalisatrice observe ses protagonistes avec sagacité et tendresse, notamment les deux sœurs solidaires et unies en quête d’émancipation entre deux pays, à savoir Israël et l’Ukraine. 

Synopsis:

Les retrouvailles de deux sœurs : Christina, l'aînée, est partie en Israël pour un mariage arrangé il y a quelque temps déjà; maintenant, Valeria s'apprête à faire de même. Jusqu'ici, elle n'a vu son futur époux qu'en vidéo. Quand elle fait sa connaissance, l'Ukrainienne se demande si cette union sera heureuse. Sa sœur aînée doute également de plus en plus de la pertinence de ses décisions passées. Les deux sœurs doivent prendre des décisions importantes.

Une Mention spéciale est attribuée au film

Le barrage (Al-Sadd)

© Festival de Mannheim 2022

réalisé par Ali Cherri (Soudan / France / Allemagne / Serbie, 2023)

Tandis que la révolution gronde à Khartoum, Maher poursuit sa vie en
travaillant dans une briqueterie loin de la capitale ; on y découvre le labeur
besogneux et silencieux des ouvriers.
Dans un paysage grandiose et lumineux Maher va vivre sa révolution
intérieure que le réalisateur transcrit avec des symboles universels : l’eau
purifie, le feu embrase et la terre nous rappelle notre condition humaine.
Maher résiste aux puissants de ce monde tandis qu’il tente de dompter
l’eau tumultueuse du Nil que le barrage lâche.

Synopsis:

Des choses importantes se passent ces jours-ci à Khartoum. Des gens descendent dans la rue pour réclamer liberté et justice. Mais ›The Dam‹ nous montre d’abord les ouvriers silencieux d’une briqueterie à l’ombre du barrage de Merowe. La révolution y pénètre à travers des émissions radio brouillées ou des images floues prises avec des téléphones mobiles. La construction sophistiquée des images évoque d’abord monotonie et calme. Mais non loin du fleuve légendaire, le monde extérieur commence à s’effriter comme des briques. Maher, un des ouvriers, est rempli d’un désir étrange. Il entend des voix, a des rêves qui le perturbent. Seul et en secret il construit quelque chose dans le désert à partir de boue. On le devine, sans pouvoir le nommer. On dit que la boue est la matrice de la création, la source de toute vie – et sa fin. Un homme est en train de résister de façon radicale.

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact