logo



PROtestants et FILmophiles

PROmouvoir les FILms dont la qualité artistique et humaine aide à la connaissance du monde contemporain


ACCUEIL - QUI SOMMES-NOUS ? - ACTIVITES - PUBLICATIONS - GROUPES - CRITIQUES DE FILMS - RADIO - EN SALLE - FESTIVALS






Voir la page du festival sur le site d'Interfilm

Membres du jury œcuménique 2020
Archive

© Festival d'Oberhausen 2020

66ème festival international du court-métrage d'Oberhausen

13-18 mai 2020

www.kurzfilmtage.de

Le jury œcuménique, nommé par INTERFILM et SIGNIS, décerne son prix doté de 1500 euros par l'église protestante et l'office catholique du cinéma en Allemagne, à un film de la compétition internationale (ainsi qu'éventuellement une mention spéciale). En outre, il recommande aux distributeurs des Eglises (Katholisches Filmwerk (KFW) et Matthias-Film) un film du programme pour enfants et adolescents.

A cause de la crise du coronavirus, les Journées internationales du court métrage d’Oberhausen ont organisé leur 66ème édition en ligne. Du 13 au 18 mai 2020, 350 des 550 films sélectionnés à l’origine ont été mis en ligne, donc près des deux tiers du volume initial. Plusieurs sections ont pu ainsi être montrées en totalité ou partiellement sur internet. Les spectateurs pouvaient acquérir un pass pour 9,99€ qui donnait un accès illimité à tous les films pendant ces six jours, depuis le film pour enfants à partir de trois ans jusqu’à la série web du Kénia. Le bénéfice a été transféré à fondation sociale de la VG image et art. Le Jury œcuménique a pu également voir son programme, la sélection officielle, en ligne et a délibéré en visioconférence.

Le prix du jury œcuménique est décerné au film

Shepherds

© Festival d'Oberhausen 2020

réalisé par Teboho Edkins (France / Afrique du Sud / Allemagne, 2020)

Le film met en scène le drame psychologique des bergers du Lésotho. Certains ont été condamnés à 9 ans de prison pour avoir volé des vaches. Le jury œcuménique a été impressionné par l’originalité du thème (la valeur accordée aux vaches dans la société du Lésotho), la qualité de la mise en scène, l’esthétique et le silence qui invite le spectateur à la méditation. Le film montre la valeur que représentent les vaches dans la vie des membres de cette communauté. Mais il attire également l’attention sur le fossé entre délit et punition.

Synopsis: 

Sheperds montre à quel point les vaches sont un élément fondamental de la vie et de la société au Lésotho, un pays minuscule, enclave à l’intérieur de l’Afrique du Sud. Leur valeur est tant symbolique que matérielle, leur possession est donc capitale. Le film a été tourné dans une prison pour voleurs de bétail. Ils racontent leur vie et explique pourquoi ils en sont arrivés là.

Le jury œcuménique décerne en outre deux mentions spéciales. La première va à

Milenina píse? (Milena's Song)

réalisé par Anna Remešová, Marie Luká?ová (République tchèque)

Les créatrices de Milenina píse? déploient dans leur film le thème de la spiritualité du cœur. Elles montrent une artiste qui, à l’ombre de la hiérarchie institutionnelle, cherche son propre chemin pour exprimer sa foi. A travers une prière dansée elle se révèle comme croyante. Elle se refère au temps des pères de l’Eglise et rappelle des formes culturellement décentralisées d’une foi hors hiérarchies. Le courage et le message inhabituel ont impressionné le jury. S’y ajoute la forme esthétique du film qui met en scène la véritable beauté de la réunion de l’homme avec son origine divine.

Synopsis:

Les dichotomies de notre monde n’ont pas leur origine dans le christianisme lui-même mais ont été créées plus tard par les premiers pères de l’Eglise. A travers l’institutionnalisation, le début du capitalisme et les Lumières elles ont débouché sur un christianisme déformé qui a peu en commun avec les premières communautés chrétiennes, marquées par une décentralisation culturelle et une absence d’hiérarchies.

la deuxième à

Las muertes de Arístides

réalisé par Lázaro Lemus (Cuba, 2020)

Le jury décerne en outre une mention spéciale à Las muertes de Arístides (Les maintes morts d'Aristide) de Lázaro Lemus, Cuba, pour la façon innovante, originelle et intime avec laquelle il traite le thème de la guerre, de la vie et de la mort. L’animation d’une figure en tant que silhouette, voguant sur un bateau dans le noir, se confond avec des moments figés du temps. Nous entendons la lettre d’un jeune homme qui n’est jamais retourné chez lui. Le film met au centre une prière pour Olga comme un signal d’espoir, un cri adressé à Dieu pour la vie d’un autre, un amour qui illumine les profondeurs des ténèbres. elle rend vivant le souvenir et fait éclater les frontières du temps. Le film transcende visuellement l’indicible. Une œuvre de cinéma pur.

Synopsis :

Arístides a été tué à l’âge de 19 ans durant son service militaire dans la marine cubaine. Le soldat qui en fait devait prendre sa relève, a tiré sur lui a bout portant avec un pistolet Makarov soviétique. Il n’existe aucune image de lui ; juste une lettre qu’il a écrite quelques heures avant sa mort et qui n’a jamais reçu de réponse.

Le jury recommande deux films dans la sélection jeunesse :

Warum Schnecken keine Beine haben

réalisé par Aline Höchli (Suisse, 2020)

et :

I'm Not Your F***cking Stereotype

réalisé par Hesome Chemamah (Thaïlande, 2020)

Mentions légales

Siège social, 40 rue de Las Sorbes, 34070 Montpellier

Secrétariat national, 390 rue de Font Couverte Bât. 1, 34070 Montpellier
04 67 41 26 55 - secretariat@pro-fil-online.fr

Contact